X
Email : 

Extrait Daniel Darc, une vie

Daniel Darc, une vie Christian Eudeline

P 120-121:


Daniel a des fourmis dans les jambes. Avec son excellent nouveau répertoire, il tient tous les atouts dans sa manche pour faire un retour crédible sur scène. Il en a une folle envie. « J’ai envie de faire des concerts acoustiques. J’ai vu le dernier concert de Elliott Murphy à La Locomotive et le rock’n’roll, c’est vraiment ça : ce sont les notes de pochettes qu’il a faites pour le Velvet en 1969... Tu peux avoir une guitare acoustique et faire du rock’n’roll. Des gens comme lui ont la grâce. Ils savent marcher dans la rue. C’est vrai- ment un art de marcher dans la rue, et Elliott Murphy sait le faire. Chet Baker sait le faire, je sais le faire. A la limite, s’ils ne jouent pas bien de la guitare, qu’est-ce qu’on en a à foutre ? » annonce-t-il aux Inrockuptibles pour indiquer sa fierté retrouvée. Mais la brigade des stupéfiants vient de lui couper son élan. Une de ces histoires de poudre vient de mal tourner et il a les pinces aux poignets. Le fait sera mis sous le man- teau jusqu’au début de la tournée sur les planches du New Morning, le 21 décembre 1989, où il le révèlera. Ce soir-là, Daniel joue en compagnie du guitariste Georges Betzounis, du bassiste Gilles et de Blanco à la batterie. Ils entament le set avec le bien nommé Haute surveillance, un titre inédit qui annonce son deuxième lp solo, Nijinsky. Le concert est sold-out. Daniel joue une heure, devant une salle bourrée à craquer qui goûte Sous influence divine, La Ville, Le Seul Garçon sur terre, Nijinsky et deux reprises : Law’s Love des Only Ones et Mona de Bo Diddley. Le succès est tel, que deux autres dates seront prévues dans la foulée, le 25 et 26 mai au Gibus, toujours avec Georges, mais Ria de Spell en remplacement de Gilles, à la basse.

Ce soir-là, je sympathise réellement avec Daniel. Au café d’en face, pendant ces heures de zinc où l’on tue le temps, je lui propose de faire des copies des vidéos qui vont être enregistrées de ses prochaines prestations live. Les chansons interprétées sont les mêmes que six mois auparavant, la guitare de Georges formant sa plus fidèle assise. Plusieurs titres réapparaîtront sur Nijinsky, le deuxième album. Un second volume d’une importance capitale; pour beaucoup de fans, le meilleur, mais qui mettra tout de même quatre années à mûrir. Je croise souvent Daniel à cette époque, il n’a plus de chez lui et dort où il peut, la plupart du temps chez des amies. Il essaye tous les jours de décrocher, et d’accoucher de son roman, sans jamais vraiment y parvenir. C’est un Daniel beaucoup plus humble et abordable qui engage la discussion. Il touche régulièrement de l’argent de la Sacem, mais cela n’est pas suffisant pour assurer un loyer et le quotidien. Le hasard veut que mon frangin soit aussi dans une situation compliquée. Tous deux unis dans le même sort, ils partagent le toit d’une fidèle amie du côté de Levallois-Perret, mais doivent souvent patienter sur le paillasson car cette proche n’a pas d’horaires. A cette heure-là, et dans cette proche banlieue bourgeoise les cafés ferment tôt. J’ai une fiancée dans le coin, je les croise l’un, l’autre, partage un café.